De Litha à Lammas - la saison de l'espoir

Auteur: Judy Harrow 
Traduction: Lunia pour Le Petit Peuple

Au milieu de l'été, lorsque la moitié de l'année est écoulée, la lumière est à son apogée et commence à se retirer. A ce stade, sur l'autre moitié de la roue, nous commençons à entrevoir certaines limites. Notre joie est teintée de nostalgie: c'est aussi clair que cela. L'année solaire a commencé sa longue descente. Au milieu de l'été, l'hiver commence à revenir.

Bien que nous ne les apprécions pas, les limites sont les gardiennes de la vie. Une croissance illimitée tuerait les personnes et les écosystèmes. Tout système sans limites est un système anarchique. En définissant nos limites, nous définissons à la fois notre identité et de notre équilibre, nous empêchant de devenir hors de contrôle.

La nécessité de faire un travail utile est une des seules limites de l'humanité. Nous ne pouvons pas jouer, se reposer ou méditer en permanence. La plupart d'entre nous tirent une grande partie de leur identité dans l'utilité du travail que nous accomplissons.

Dans le cycle agricole, c'est le moment où les agriculteurs travaillent sans aucune récompense immédiate. La promesse lumineuse du printemps est fanée. La plupart des fleurs ont décliné à cette période, mais les fruits ne sont pas encore mûrs. Leur potentialité est encore sous-jacente et leur avènement dépend de notre capacité à maintenir l'espoir face à l'incertitude, à continuer à garder le cap. Nous ne pouvons pas attendre pour la récolte. Nous devons travailler pour elle, sous le soleil brûlant et la pluie battante, et malgré la connaissance terrifiante que la sécheresse, la grêle, la maladie ou un incendie peuvent achever la récolte. L'espoir soutient notre travail jusqu'à ce que la récolte arrive.

On dit que les deux grandes préoccupations de la vie humaine sont l'amour et le travail. Après Beltane, temps des floraisons et des promesses, l'amour remplit nos pensées. Maintenant, durant la saison de l'espoir, l'instant est propice pour se concentrer sur quelques-unes des questions liées au travail.

Le travail peut sembler pénible parfois, et pourtant il répond à deux besoins très différents pour nous: l'auto-assistance et le sentiment d'accomplissement. Bien que ces besoins ne soient pas contradictoires, leurs accomplissements sont certainement indépendants l'un de l'autre. Ils peuvent coïncider, mais le plus souvent non. Voici quelques réflexions à tenir sur ces sujets:


1. Un vrai moyen d'exister

A notre époque, tous les adultes en bonne santé devraient se soutenir. En conséquence, une grande partie de notre sens de la dignité et de l'autonomie consiste à ne pas être dépendant ou redevable envers les autres. Lorsque nous rencontrons de nouvelles personnes, nous nous présentons souvent par ce que nous faisons dans la vie ou ce que nous espérons faire après avoir terminé l'école. Pour les sorcières, qui se sont engagées à ne pas prendre de rémunération pour leurs activités religieuses, la nécessité de gagner sa vie de façon laïque devient encore plus évidente. Et pourtant, tous les moyens de subsistance ne sont pas «bons».

Votre travail est-il en harmonie avec vos valeurs fondamentales? Si votre travail exige que vous fassiez quelque chose que vous considérez comme mal, cherchez un autre emploi. Dans les cas extrêmes, vous pourriez même avoir besoin de quitter ce travail avant d'en avoir trouvé un autre. Pensez également que vous pouvez faire quelque chose de moralement neutre dans une organisation dont le but général est contraire à vos valeurs. Connaissez-vous les véritables valeurs de votre organisation ? Découvrez-les.

Vos employeurs vous respectent-ils en tant qu'être humain et en tant que travailleur? Etes-vous traités équitablement au travail? Si non, il y a de nombreuses façons de réagir:

Si vous vous sentez une confiance et un respect sous-jacents avec votre superviseur, vous pouvez essayer de parler librement des problèmes spécifiques. Procédez avec prudence - aujourd'hui de nombreux gestionnaires et superviseurs sont formés à l'écoute active sans aucune intention de faire quoi que ce soit à propos de ce qu'ils entendent. Il s'agit d'une technique de manipulation destinée à désamorcer votre colère légitime, ou même à identifier et éliminer plus tard les «fauteurs de troubles».

Vous pouvez discuter de vos préoccupations avec des collègues de confiance, peut-être même un syndicat (mieux encore, faire appel à un déjà établi un), et, en travaillant ensemble, faire face à la gestion avec une position de force beaucoup plus grande.

Rappelez-vous toujours que vos droits en tant que citoyen s'étendent jusqu'à votre lieu de travail. Si vos heures et votre salaire ne sont pas en accord avec les normes juridiques, si votre lieu de travail est dangereux ou les conditions de travail mauvaises pour votre santé, si vous êtes soumis à la discrimination fondée sur la race, la religion, l'âge, le sexe (ou, dans les juridictions les plus éclairées, la préférence sexuelle), n'hésitez pas à faire appel à l'organisme gouvernemental compétent.

Si vous êtes vraiment satisfait de votre travail, et que vos efforts d'amélioration ne produisent pas de résultats satisfaisants, vous pouvez chercher un autre emploi. Mettez à jour votre CV, préparez votre entretien à venir, et commencez à regarder les annonces. Demandez aussi discrètement autour de vous. Rappelez-vous, vous avez un emploi. Les factures sont payées. Il n'est pas nécessaire de saisir la première opportunité qui survient. Soyez clair sur la raison pour laquelle vous voulez quitter votre emploi actuel et ce que vous voulez voir de différent dans le prochain. Soyez patient et prudent. Ne faites pas de changement jusqu'à ce que vous ayez de bonnes raisons de croire qu'il apportera l'amélioration que vous voulez voir. Si votre travail est OK, mais que vous n'êtes toujours pas satisfait, vous pourriez peut-être réfléchir à un changement de profession. C'est un changement beaucoup plus radical, et il peut prendre des années à s'accomplir. Vous devriez commencer à explorer les possibilités pendant que vous travaillez en travaillant des exercices dans un livre comme "De quelle couleur est votre parachute?" ou même consulter un conseiller professionnel. Les exercices comme ceux-ci peuvent aussi faire des activités de coven intéressants.

Beaucoup de changements professionnels exigent que vous retourniez à l'école. Prendre quelques cours du soir est un autre moyen à la fois d'explorer et de prendre de l'avance sur le changement que vous décidez, si vous voulez vraiment le faire. Quelques nouvelles pistes de carrière peuvent également être explorées par le travail bénévole.

Lorsque vous travaillez à ces décisions et changements, n'oubliez pas que vous êtes une sorcière. Vous n'avez pas à ignorer ou déconnecter votre magie de ces zones apparemment laïques de votre vie. La divination peut vous aider à extrapoler les résultats possibles des divers choix. Un sort peut contribuer à éveiller et renforcer les énergies dont vous avez besoin pour faire les changements souhaités, ou tout simplement pour garder votre carrière professionnelle dans la direction que vous souhaitez. Il y a des divinités qui peuvent vous guider dans le monde du travail. Tout cela est votre patrimoine et une ressource très utile.


2. Des contributions significatives

Les adultes ont besoin de savoir que ce qu'ils font est important dans ce monde. Nous avons besoin d'un sentiment d'accomplissement. Pour vraiment se concentrer sur cette question, deux distinctions claires sont nécessaires:

Une contribution significative n'a rien à voir avec le fait que nous soyons payés ou non pour ce travail. Notre habitude moderne de l'évaluation des activités par leur pouvoir d'achat nous détourne souvent de leur valeur réelle. Rappelez-vous, la lecture avec un jeune enfant est une contribution tout aussi profonde pour le développement de l'enfant si elle est effectuée par un enseignant ou par un parent salarié non rémunéré. Que faites-vous en tant que prêtre / prêtresse qui vous apporte ce sentiment d'accomplissement?

Une contribution significative est également indépendante de l'expression créative. Vous pouvez avoir une pratique artistique valable sans partager votre travail avec quelqu'un d'autre. D'autre part, la plupart des tâches ordinaires liées au domicile - épousseter, laver la vaisselle, la lessive - sont de véritables contributions au bien-être de la famille qui ne nécessitent peu ou pas de créativité. Et vous pouvez vous sentir bien en regardant une cuisine propre. Quelles sont les tâches ordinaires qui soutiennent la vie d'un coven, une communauté, la Terre?

Les prêtres / prêtresses retirent beaucoup de satisfaction de leur travail religieux. Pour ceux d'entre nous qui suivent les anciennes méthodes, c'est tout ce que nous obtenons - pas de récompenses extrinsèques suivent. Il est utile, alors, de se rappeler que le sens de l'accomplissement réel est un besoin tout aussi important, et que beaucoup d'emplois laissent ce besoin inassouvi.

Comme notre religion n'est pas hiérarchisée - et la plupart d'entre nous préfèrent ça - il n'y a aucune autorité centrale pour évaluer nos talents et nos forces et nous affecter à des endroits où notre travail est le plus nécessaire. La connaissance de soi et le développement de sa propre voie religieuse incombe à chaque sorcière.

Une autre façon de le dire: nous ne sommes pas payés pour cela, et nous ne sommes pas dirigés. Cela nous laisse libre. Nous pouvons faire les choses que nous aimons faire, et que nous croyons nécessaires. Nous pouvons faire les choses à travers lesquelles nous continuons à apprendre et à grandir. Nous pouvons - et nous devons - être autonome en tant que prêtre / prêtresse.

Voici quelques questions à se poser alors que nous réfléchissons sur notre travail au cours de cette saison de l'espoir.

Quels sont vos talents? Quels sont les sujets que vous avez préféré (ou non) à l'école? Quels sont vos passe-temps (ou quels sont vos passe-temps quand vous en aviez)? Quels ont été les résultats des tests d'aptitude que vous avez passés? Comment pourraient-ils répondre à tous les besoins que vous percevez dans la Wicca ou dans la communauté païenne en général? Comment pourraient-ils répondre aux besoins de la Terre? Quel est votre tempérament? Quels types de travaux aimez-vous le plus (et moins) ? Préférez-vous travailler seul ou dans le cadre d'une équipe? Préférez-vous travailler avec des informations, des personnes ou des objets? Êtes-vous plus attiré par la construction d'une communauté païenne ou par l'intégration d'une tradition païenne? Durant cette année, avez-vous un projet de métier pour lequel vous vous sentez particulièrement sûr? Quel est celui qui vous convient le mieux? Voulez-vous continuer dans la même voie? Comment pourriez-vous tirer parti de ce que vous avez appris dans un projet? Grâce à ce projet, avez-vous identifié un sujet que vous souhaitez approfondir, ou des compétences ou des talents que vous souhaitez développer en vous-même? Y at-il une organisation ou une institution existante à travers lequel vous pouvez travailler, ou aurez-vous besoin de concevoir votre propre projet?

Le travail que nous faisons en tant que prêtre / prêtresse s'étend hors de notre spiritualité et de notre magie. Sans ces racines, il ne peut pas s'épanouir, ne peut pas porter ses fruits. Ce ne serait pas une religion, au mieux c'est de la bureaucratie religieuse. Mais ceux qui pensent que le sacerdoce est fait uniquement de méditation dans une grotte, tout en ignorant la communauté et le monde, passent à côté de quelque chose. La religion est un moyen de connexion - une connexion du Sacré avec le monde tangible.

Dans la tradition bouddhiste, il y a une série de dessins appelé les "bœuf-élevage". Comme nos atouts de Tarot, ils ont été représentés à plusieurs reprises dans différents styles artistiques, mais les idées de base reste les mêmes. Les dessins d'élevage de bœuf représentent le processus de la croissance spirituelle. L'un d'eux représente la fusion totale de soi avec le Sacré. Ce n'est pas la dernière image. L'image finale est appelée "retour au village grâce à des mains secourables". Partout et toujours, le cercle est complété par un bon travail.

En Juillet, nous travaillons et nous espérons pour la récolte qui pousse du corps de la Terre Mère sous notre surveillance attentive.