Source: "Wicca" de Viviane Crowley

Traduction: Lunia / le Petit Peuple


La Wicca adore la Déesse, le féminin sacré qui fut fortement négligé et abusé dans le passé des religions modernes. La Déesse renaît de nos jours parmi les hommes et les femmes tandis que nous entrons dans le nouveau millénaire. La Déesse dans la Wicca est vue comme Gaïa, la Terre elle-même, et est immanente ou à demeure dans la création. La Déesse a aussi pré-existé à la créer et à la transcender. Comme les Écritures tantriques le disent :

« Elle vit dans le corps de toutes les créatures vivantes dans lesquels Elle apparaît sous forme d'énergie, même dans ces choses sans vie comme les roches et les pierres. Il n'y aucun endroit où la Mère n'est. »

La Déesse est connue sous plusieurs noms et peut revêtir plusieurs aspects, mais fondamentalement elle est l'Unique, la féminité éternelle, La Divine. De nombreux covens honorent la Déesse sous ses noms Celtes de Cerridwen ou Bride, mais le nom le plus fréquemment utilisé est Aradia. En Europe du Nord, des Sorcières utilisent l'ancien nom de la Déesse Freya. En Finlande, les Sorcières honorent la belle Déesse de la forêt Mielikki, la mère nourricière de l'ours qui enivre et délie les sens. Ces nombreux noms de la Déesses n'impliquent pas le fait que les Sorcières adorent toutes les Déesses. Une prière Wiccane peut être prononcée pendant un rite :


Ecoutez les mots de la Grande Mère

Qui était anciennement appelée parmi les hommes :

Artémis, Astarte, Dione, Mélusine, Bride, Aphrodite, Cerridwen, Diana, Arianrhod

Et par de nombreux autres noms.


Les différents noms sont vus comme les différents aspects de la Grande Déesse Mère qui est universelle et présente dans toutes les cultures et de tous temps. Dans la Wicca, la Déeese est communément vue sous trois aspects majeurs. Ils sont nommés la Vierge, la Mère et la Sorcière ou la Sage. La Déesse en tant que Jeune Vierge est associée à la phase ascendante de la Lune et la Vierge Marie dans le catholicisme était souvent dépeinte assise sur la Lune avec sept étoiles au-dessus de sa tête. Le deuxième aspect est la Mère Aimante, la Mère sexuée. Le troisième est la Sombre Mère, la Sorcière ou la Sage, qui apparaît dans plusieurs anciennes églises chrétiennes sous la forme de Vierge Noire. La Déesse peut incarner l'ensemble de ces trois archétypes – la Vierge, la Mère et la Sage – si elle fournit le modèle d'intégrité qui doit être le but des femmes et des hommes.

Aradia est le principal nom par lequel la Déesse est connue dans la Wicca aujourd'hui. Elle possède certains attributs de l'ancienne Déesse Égyptienne Isis dont le culte a émergé autour de la Méditerranée et qui précéda immédiatement l'ère Chrétienne. La Déesse Aradia des Sorcières Italiennes était perçue comme l'humanité aimante et une sauveuse du paysan qui pouvait les protéger de l'oppression. Elle était l'enseignante des arts magiques et, comme Isis, elle était le fruit d'une union frère/soeur. La lignée d'Aradia fait d'elle la soeur de Diane, Déesse de la Lune, par une relation incestueuse avec le frère de Diane, Appolon, Dieu du Soleil. Les autres aspects d'Isis sont semblables à ceux de la Déesse Wiccane. Isis était la grande initiatrice. Sur une inscription trouvé dans les îles grecques, on trouve ces mots :


J'ai révélé à l'humanité les initiations mystiques,

J'ai dréssé le temple des Dieux.


Elle est aussi la Reine de toutes les Sorcelleries, comme Isis qui était la grande Sorcière. Elle était aussi la grande guérisseuse, qui dans beaucoup de temples a pour partenaire Asclepius, le Dieu Grecque de la guérison.