Divinité mineure de la Grèce antique, il représente la nature et la végétation. Selon la mythologie, il fut transformé en arbre à myrrhe et fut donné à Perséphone par Aphrodite. Les deux déesses s'éprirent de lui. Zeus imposa alors à Adonis de passer un tiers de l'année auprès de Perséphone, un tiers avec Aphrodite et le dernier tiers à sa convenance. Semblable à la végétation, Adonis puise donc ses ressources dans la terre (royaume des morts) en hiver pour refleurir auprès d'aphrodite au printemps. Divinité ancienne proche de la Terre-Mère, il illustre le cycle de la vie régénérée et peut être associé en cela au dieu Egyptien Osiris et de Perséphone.

Dans la mythologie grecque, Adonis était d'une extrême jeunesse et beauté qui est mort et a été réincarné. Comme beaucoup d'autres figures mythologiques qui sont ressuscitées, Adonis est associé au cycle annuel des saisons dans lesquelles la végétation meurt (l'automne) et grandit de nouveau au printemps. L'homologue d'Adonis dans la mythologie Orientale était le Dieu Tammuz.

Selon la tradition, Adonis était le fils de Myrrha et son père, Theias, roi de l'Assyrie. Si beau était Adonis en bas âge qu'Aphrodite, déesse de l'amour, est tombée amoureuse de lui. Elle a caché le bébé dans une boîte et l'a donné à Persephone, la déesse du Milieu, sous bonne garde. Quand Persephone a vu Adonis, elle est aussi tombée amoureuse de lui et a refusé de le rendre à Aphrodite.

Zeus rêgla le conflit en ordonnant à Adonis de diviser son temps entre les deux déesses. Pendant le printemps et l'été, le temps de la fertilité, Adonis resterait avec Aphrodite. Il apasserait l'automne et l'hiver, période de stérilité et de mort, avec Persephone.

Adonis adorait la chasse. Lors d'une poursuite avec Aphrodite, il est tué par un sanglier. Quelques histoires disent que le sanglier était Hephaestus (Vulcan), le mari d'Aphrodite, déguisé - ou peut-être était-ce Ares, Dieu de la guerre et amant jaloux d'Aphrodite. Des belles fleurs rouges (anémones) ont grandi et ont fleuri où le sang d'Adonis avait coulé.

Chaque année en Grèce antique, les adorateurs d'Adonis, surtout les femmes, célèbre sa renaissance en plantant "les jardins d'Adonis" pour des festivals tenus en son honneur.